A propos

BIOGRAPHIE

tableau en cours atelier Tiphanie Canada
portrait artiste Tiphanie Canada

Tiphanie est née à  Bayonne (Pays Basque) en 1989.

Dès son plus jeune âge, elle a toujours aimé la création sous toutes ses formes. Mais c’est pour la peinture qu’elle a toujours eu une préférence.

En 2008, elle obtient son Baccalauréat Littéraire spécialité Arts Plastiques, option arts plastiques. C’est à cette période qu’elle  a davantage exploré la peinture acrylique et les techniques mixtes. Déjà à cette époque, elle avait un engouement pour le collage de matériaux divers sur la toile, notamment le papier froissé.

Ensuite, pendant les dix années qui suivent, elle a étudié à Bordeaux, La Rochelle, Bayonne et s’est expatriée à New York, Shanghai, en Espagne puis en Indonésie. Riche de ces expériences, elle met cependant sa passion de côté, les études et le travail ne lui laissant plus le temps nécessaire à sa pratique.

«C’est par nécessité de retrouver un équilibre intérieur que j’ai remis ma passion au centre de ma vie. Il a fallu que je m’en éloigne pour comprendre à quel point cela fait partie de moi.»

Après l’obtention de son master, l’envie de se replonger dans la peinture devient viscérale. Elle recommence à peindre en 2018, puis s’y consacre pleinement à partir de 2019.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

En créant mes reliefs, je joue avec la matière, je l’explore pour créer de l’illusion. Les couleurs apportées à la matière sont des émotions. La lumière vient sublimer la matière et apaiser les émotions créant une douce harmonie et une « réconciliation » entre matière et lumière. L’interaction matière-lumière est l’essence de mon travail. J’ai un besoin viscéral d’associer les deux, comme s’ils étaient inséparables et indissociables.

Le processus artistique ou mon cheminement jusqu’à l’œuvre aboutie est pour moi aussi important que l’oeuvre en elle-même, et même plus intime encore. Chaque peinture est une nouvelle aventure, un petit voyage intérieur. Le processus est le chemin que je découvre pas à pas lors de la création. Je rencontre parfois des difficultés, des voies sans issue, des carrefours qui me font prendre des directions différentes et expérimenter de nouvelles choses, mais ma destination est toujours une émotion. C’est lorsque je la ressens que je sais que je suis arrivée.

Autodidacte, j’ai développé ma propre expression plastique par la pratique de techniques mixtes associant principalement des collages, de la peinture acrylique et de l’encre. Une pratique qui se déroule toujours en trois temps, où je travaille d’abord la matière avec les reliefs, la couleur comme amplificateur d’émotions et enfin la lumière comme un élément qui sublime et révèle un autre aspect de l’œuvre. Ainsi, tel un cycle qui se répète à l’infini, j’entre dans un scénario similaire pour chacune de mes nouvelles créations.

J’aborde la nature par un univers végétal et certains schémas plus abstraits de manière sensible. J’estompe les objets de mes oeuvres en me débarrassant des détails superflus pour n’en conserver que la quintessence. Pour moi, c’est en partie la suppression de ces détails qui lève un voile permettant d’entrer dans un monde d’émotions.

UN PROCESSUS INTUITIF

Par ce que j’appelle une « visualisation-ressentie », je crée une composition dans ma tête par le biais d’un « cocktail d’émotions ». Lorsque je « visualise » cette composition, il ne s’agit pas d’imaginer les formes, les couleurs ainsi que leur emplacement. C’est plutôt un sentiment qui va me guider pendant toute la création. Je ne sais pas encore ce que je vais faire, mais je sais ce que je dois ressentir. Si je perds cette connexion alors je m’égare et l’œuvre peut ne pas aboutir. De façon très concise, voire réductrice, je travaille à l’intuition par le biais d’un dialogue intérieur permanent.

LA MATIÈRE

Je joue avec la matière en créant des reliefs et en explorant différentes textures. Ainsi, je crée de l’illusion en « sculptant » ma toile. Je pars d’une matière brute, souvent recyclée et je la remodèle pour former un nouveau monde imaginaire tout en relief. C’est aussi une façon d’anticiper le travail de la lumière qui fait déjà son œuvre par la réflexion sur les différentes surfaces.

LES COULEURS

Les couleurs et leurs puissantes vibrations sont un moyen de générer toutes sortes d’émotions. C’est ainsi que j’utilise la couleur, en recherchant une harmonie pour articuler plusieurs émotions. Je travaille sur de nombreuses couches de peinture acrylique et, pendant le processus, le chaos se fait bien souvent sentir sur l’œuvre comme chez l’artiste. Lorsque le chaos se dissipe, l’harmonie apparaît et je m’apaise enfin.

LA LUMIÈRE

C’est la dernière phase de mon processus créatif que je ressens systématiquement comme une libération intérieure. Bien que nos démarches soient différentes, comme Pierre Soulages, c’est la réflexion de la lumière sur les états de surface qui m’intéresse. La lumière participe au rendu de mes œuvres à chaque instant. Selon qu’elle soit douce, intense, chaude ou froide, elle modifie la perception de la toile.

À la manière d’Yves Klein qui utilise l’or comme illumination de la matière, j’utilise le plus souvent de l’encre et de la peinture Or comme des « révélateurs » et « sublimateurs » de l’œuvre. Je suis fascinée par les pigments métalliques et la symbolique de l’or, source d’une lumière pure qui lui est propre. Pour Yves Klein, l’or représente « la matérialité comme source de lumière, douée d’un principe d’animation, de vie » ou encore « la matière qui conduit à l’immatériel ».

Cette vision raisonne parfaitement avec ma vision. J’y entrevois également une réconciliation entre la matière et la lumière ou le matérialisme et la spiritualité. Un juste équilibre, une harmonie, car nous sommes des êtres physiques qui évoluons dans la matière, mais avec des facultés qui vont bien au-delà, et une conscience en constante évolution.

PLUS DE DÉTAILS

3 PHASES DU PROCESSUS CRÉATIF


Toutes mes réalisations passent par 3 phases. Pour chaque tableau, je vie le même scénario mais avec des émotions et des ressentis différents. Comme un cycle qui se répète.

PHASE 1 : les reliefs

reliefs en cours tableau

Je créer mes reliefs en travaillant la matière pour créer de l’illusion.

C’est un processus long et souvent douloureux, mais nécessaire.

« Sculpter » la matière me demande beaucoup de concentration, de la maîtrise émotionnelle et de la souplesse dans mon corps et mes gestes .

Une fois cette phase terminée, je ressens un grand soulagement et ressens le besoin intense de m’exprimer à travers la peinture.

PHASE 2 : les couleurs

peinture en cours tableau

Une fois ma toile “sculptée”, je travaille avec de la peinture acrylique sur de nombreuses couches. J’utilise les couleurs comme des émotions, des ressentis.

Il m’est parfois difficile d’employer certaines couleurs. Certaines sont cachées sous de nombreuses couches de peinture.

Pendant cette phase je déteste généralement l’oeuvre. 

Quand je ne déteste plus l’oeuvre, je sais que je commence à entrevoir l’harmonie que je souhaitais. C’est alors la fin de cette phase.

PHASE 3 : la Lumière

lumière dorure

Je termine toujours mes oeuvres avec une peinture aux reflets métalliques (or et plus rarement bronze et argent).

Associée aux reliefs, l’œuvre reflète la lumière différemment selon le point d’observation et le moment de la journée.

La lumière sublime la matière et les couleurs, et créer une harmonie entre la matière illusoire et les émotions de couleurs. C’est la dernière phase que je ressens vraiment comme une libération à chaque fois.