Quand j’ai décidé d’être artiste peintre

Aujourd’hui quand on me demande ce que je fais, je ne sais jamais trop comment expliquer que je peins. C’est pourtant simple, il suffirait de dire « je suis artiste peintre ». Et pourtant, ce n’est pas si simple… tout comme l’a été mon parcours. J’ai zigzagué pour aller ce vers quoi j’ai toujours eu envie d’aller.

Mon amour pour l’art : l’éveil ​

Comment suis-je « tombée » dans la peinture ? Mon attrait pour l’art est né lors de mon enfance. Je ne sais pas vraiment quel a été le déclic. La seule relation à l’art que j’avais était d’observer mon grand-père peindre à l’huile. Je crois que c’est le seul stimulus externe que j’ai reçu. Mon amour pour l’art s’est ensuite développé de l’intérieur. Je n’y ai pas été particulièrement sensibilisé.

En grandissant, j’ai choisi de m’orienter vers un Baccalauréat Littérature spécialité arts plastiques et option arts plastiques (oui, parce que je n’en avais pas assez !) J’allais également à l’école d’art de Bayonne les mercredis après-midi pour un atelier peinture (toujours pas assez !) et je pratiquais chez moi.

L’éloignement : le choix de la raison et non du cœur

pays-basque@tiphaniecanada

Le(s) choix ULTIME(S)

En Terminale, nous devons tous faire un choix. Celui de notre avenir et de nos études. J’avais l’impression que c’était LE choix de ma vie et qu’il ne fallait pas se tromper au risque de le regretter à jamais ! (Non, je ne me mets PAS DU TOUT la pression!)

Jusque-là, tout aurait dû bien se passer, car je ne jurais que par les écoles d’art. Mais quand le choix réel vient, et que l’on doit l’écrire sur papier ce n’est plus tout à fait pareil… du coup j’ai paniqué et me suis posé un million de questions ! En plus, je n’avais pas encore trouvé mon style et je ne me sentais pas légitime pour postuler dans une école d’art.

Je n’ai pas le souvenir que mes parents m’aient dit que ce n’était pas un vrai métier stable, mais c’est plutôt l’image que la société renvoie qui m’a fait penser cela.

Bref, c’était trop pour moi ! Alors j’ai choisi d’intégrer un BTS commerce international. Ne me demandez pas pourquoi !

Évidemment, ça ne m’a pas plus. Après une période où je me suis cherchée, j’ai finalement décidé de prendre une année de césure à New York pour réfléchir et apprendre l’anglais. De retour en France, j’intègre deux écoles de commerce pour aller jusqu’au Master.

De la communication à la peinture

Durant mon Master en deux ans, je travaille en alternance en tant que Social Media Manager. Une belle expérience au sein d’une équipe avec qui j’aurais pu continuer de travailler. Je m’épanouis dans ce métier, car il y a une partie assez conséquente qui est reliée à la créativité. Mais à cette époque, je ressens de plus en plus l’envie de peindre.

Le manque viscérale

Parallèlement, j’enchaîne les petits soucis de santé sans pour autant manquer le travail ou les cours. Je ne suis plus capable de digérer certains aliments. Je pense d’abord à des allergies, puis intolérances et je me fais suivre par un spécialiste. J’ai également des petits malaises dans certaines situations, des bouffées de chaleur, nausées et du mal à respirer. Je fais des séances d’acupuncture et je découvre un peu plus la Médecine Chinoise. Je me rends compte alors qu’il y a de grandes chances que mon mal-être physique soit lié à un mal-être, car je refoule en moi depuis trop de temps cet envie de peindre. Je refoule en fait ma propre personnalité…

Ces dernières années, je ne trouvais pas le temps de peindre, ou plutôt, enchaînée à une routine, je ne prenais pas le temps de peindre.

Reconnexion et renaissance

atelier

Travaillant en freelance depuis chez moi, j’ai beaucoup plus de temps, car j’évite de perdre du temps avec les trajets le matin et le soir. Je gagne presque 2 heures par jour ! Je me remets alors progressivement à la peinture. Puis, au fil des mois, cette activité prends de plus en plus de place et je décide me déclarer pour devenir artiste peintre.
Je conserve ma double casquette en freelance, pour avoir d’autres revenus en attendant de développer mon activité d’artiste-peintre. On ne le devient pas en un claquement de doigts, du jour au lendemain… Mais l’objectif est de le devenir à 100%.

Finalement, la vie m’a ramené vers l’art. Je n’ai donc pas fait d’études supérieures en art. Mais grâce à mes études, j’ai acquis bien d’autres compétences et je n’ai aucun regret !

C’est par nécessité de retrouver un équilibre que j’ai remis ma passion au centre de ma vie. Il a fallu que je m’en éloigne pour comprendre à quel point cela fait partie de moi. Pour mon bien-être mental et physique, puisque tout est lié. Mes problèmes d’intolérance et de digestion se sont envolés comme par magie depuis que j’ai fait le « choix du cœur ».

Et aujourd’hui ?

Comme je le disais, aujourd’hui quand on me demande ce que je fais, je ne sais jamais trop comment expliquer que je peins. J’ai encore du mal à dire que je suis artiste-peintre en fonction de l’interlocuteur que j’ai en face. Souvent, les gens ne comprennent pas, on se sent jugé et alors on s’interroge quant à notre légitimité.

Pour ne pas paraître « perchée » et montrer que c’est un vrai choix, je disais jusqu’à il a peu de temps « je bossais dans la com’ et le marketing digital, mais depuis quelques mois, je peins ».

Désormais, j’assume un peu plus mon choix. Il me faut maintenant ne pas tenir compte des éventuels jugements. J’ai encore un travail à faire à ce niveau-là.

Et vous, avez-vous trouvé votre voie du premier coup ?

One Reply to “Quand j’ai décidé d’être artiste peintre”

  1. Bonjour Tiphanie,
    Quel beau parcours, je suis admirative de tout ce chemin parcouru en si peu de temps!
    Artiste peintre ! Mais quel beau métier ! Vous demeurez toujours à l’affût des nouvelles tendances pour améliorer souvent votre pouvoir créatif. Je suis certaine que tous les petits maux ressentis jusqu’à présent ne se manifesteront plus le jour où vous vous sentirez “artiste” à 100%. Ils disparaitront.
    Ce qui vous manque c’est très simple : faites vous confiance, vous avez une maîtrise totale de votre Art.

    Je vous souhaite tout le bonheur du monde dans ce que vous réaliserez car vous avez de l’or dans vos mains.

    Muriel Halfon du groupe FB “Passionnés de photos et de peintures”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *